Journée de Découverte des musiques actuelles pour les collégiens

Ce matin aux Champs Libres, il a du monde. Mais pas du monde comme d’habitude ; aujourd’hui c’est spécial collégiens. En face d’eux, Jérôme Rousseaux, qui présente un panorama des musiques actuelles ; son histoire, ses icônes, ses codes… Il redonne les bases de ces styles dont les noms sont partout aujourd’hui mais pas toujours bien identifiés, permettant aux jeunes de (re)découvrir de nombreux artistes essentiels, des débuts des musiques noires américaines aux musiques électroniques.

Après avoir fait un petit zoom sur le rock des années 60, pour se mettre dans le contexte du concert de l’après midi, les discothécaires des Champs Libres sont invités à présenter leur métier et à répondre aux différentes questions par Jérôme et les élèves. Du choix des catalogues à l’organisation d’événements, il présentent toutes les facettes de ce travail peu connu des collégiens. Puis c’est le groupe Bikini Machine qui vient répondre aux questions et parler de leurs influences ; de Mike Patton à Ennio Morricone, les inspirations sont nombreuses pour ce groupe rennais dont la bonne humeur est communicative : le concert s’annonce bien.

C’est donc à l’Ubu que continue la journée, après avoir pris leur place et déposé leur affaires, les collégiens investissent la salle pour un concert qui leur est dédié. Les musiciens arrivent et l’ambiance se réchauffe. Les élèves mettent un peu de temps avant de rentrer dedans et oser danser, mais une fois libérés, n’hésitent pas à crier ou applaudir pour encourager le groupe, dont la musique en a fait twister plus d’un.

Une fois le dernier accord lâché, c’est au bar que les collégiens finissent leur journée. Les musiciens viennent discuter et faire l’habituelle séance de dédiaces, qui se révèle moins mouvementée que la veille avec les primaires, mais donne place à plus d’échanges… Et surtout beaucoup de selfies !

Publicités

Concert Scolaire + Ouverture de balances avec Bikini Machine

  • Ouverture de balances

Nous sommes lundi matin et il y a déjà du monde à l’Ubu. Les élèves de la MLDS (Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire) du lycée Charles Tillon viennent d’arriver dans la salle, où résonnent déjà des accords de guitare accompagnés par les lumières ; c’est le chantier. Les jeunes connaissent déjà le lieu pour y avoir fait une initiation à la technique la semaine passée, aujourd’hui c’est la dernière action de leur parcours : ils rencontrent Bikini Machine et assistent aux balances du groupe pour le concert scolaire de l’après midi.

En observant les attitudes des artistes et des techniciens et leurs interactions entre le son et la lumière, ils voient de manière concrète ce qu’ils avaient appris lors de l’initiation. Ils sont invités par le groupe à monter sur scène, afin d’entendre la différence entre le son plateau, avec les retours pour les musiciens, et le son façade, pour le public. Après les balances, les musiciens échangent avec les élèves sur l’histoire, la vie, l’entourage professionnel du groupe et le dernier album, récemment sorti.


  • Concert pour les primaires

Il est 14h30 à l’Ubu, et il y a déjà une ambiance qui promet un sacré concert ! Petit à petit les classes arrivent, les élèves se rapprochent et enfin, le concert commence. Le rock groovy des Bikini Machine n’aurait pas pu trouver public plus enthousiaste, qui chante, danse et crie, de plus en plus au fur et à mesure que les morceaux s’enchainent. Sur le tube Stop All Jerk, les enfants reprennent tous en coeur le Just so so du refrain, ce qui leur vaut le prix de « meilleur public du monde » par le groupe.

Cette ambiance joyeuse et festive se termine par un rappel, avant la ruée vers le bar, où les artistes n’avaient jamais signés autant d’autographes en aussi peu de temps !